mercredi 24 mars 2010

La Coalition des Sans-Chemise part en campagne pour le maintien des mesures transitoires en assurance-emploi

La Coalition des Sans-Chemise du Bas-St-Laurent composée d’Action Chômage Kamouraska, du conseil régional de la FTQ, du Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CSN) et du Syndicat de la Fonction Publique du Québec (SFPQ), a lancé une vaste campagne de demande d’appui à sa revendication de rendre permanente la mesure transitoire de la bonification du taux de chômage pour la région du Bas-Saint-Laurent – Côte-Nord.

Nous interpellons tous les élus, mais aussi les organisations populaires, citoyennes, communautaires et syndicales de la région afin de demander leur appui formel. Il faut que la ministre Diane Finley comprenne que le Bas-Saint-Laurent est déterminé à conserver la mesure transitoire. Nous avons d’ailleurs demandé à rencontrer Monsieur Bernard Généreux, seul député conservateur de la région.

Joignez votre voix à la nôtre !


Voici le modèle de lettre d'appui:

(Entête officielle du regroupement ou groupe)

(Votre ville), (date de l’envoi de la lettre)

L’honorable Diane Finley
Ministre des Ressources humaines et du Développement social
Chambre des communes
Édifice de la Confédération, pièce 707
Ottawa, (Ontario)
K1A 0A6
Télécopieur : (613) 996-9749


Mme la ministre,

Notre organisme, (nom de l’organisme), appuie la Coalition des Sans-Chemise du Bas-St-Laurent composée d’Action Chômage Kamouraska, du conseil régional de la FTQ, du Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CSN) et du Syndicat de la Fonction Publique du Québec (SFPQ), dans leur demande de rendre permanente la mesure transitoire de la bonification du taux de chômage pour la région du Bas-Saint-Laurent – Côte-Nord.

Suite au retrait des régions de la Gaspésie et de la Basse-Côte-Nord du calcul du taux de chômage du Bas-Saint-Laurent, une mesure transitoire a été mise en place au début des années 2000 afin d’éviter des effets catastrophiques sur notre économie régionale.

Si cette mesure n’est pas reconduite en avril 2010, cela aura pour effet, entre autre, d’augmenter la norme d’admissibilité. De fait, la période de qualification permettant l’éligibilité à des prestations serait haussée d’au moins 70 heures. Pour notre région, les effets seraient dramatiques sur les plans économique et humain. Nous estimons qu’en conséquence, plusieurs prestataires ne réussiraient pas à se qualifier. De plus, la fin de la mesure signifierait une diminution de la durée des prestations d’au moins 8 semaines. Cela aurait pour effet que plusieurs travailleurs saisonniers n’auraient pas assez de prestations pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille jusqu’à la reprise de leur travail.

En conséquence, la région du Bas-Saint-Laurent à elle seule, subirait une perte de revenu de 30 millions de dollars. Cela entraînerait une augmentation de la pauvreté pour un très grand nombre de familles de notre région et contribuerait à accélérer la dévitalisation des municipalités qui sont déjà aux prises avec ce grave problème.

Par la présente, Mme la ministre, considérant que le gouvernement fédéral ne verse plus d’argent dans la caisse d’assurance-emploi depuis plusieurs années et que la caisse a déjà un surplus considérable, nous joignons notre voix à celle de la coalition, pour vous demander de rendre permanente la mesure transitoire de la bonification du taux de chômage pour la région Bas-Saint-Laurent – Côte-Nord.

Veuillez agréer, Mme la ministre, nos salutations les plus distinguées.



(Nom du/ de la responsable des communications de votre organisme)
(Nom de l’organisme)
(son numéro de téléphone)

c.c. Député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Claude Guimond, 418-725-3993 c.c. Député Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup Bernard Généreux, 418-868-1078.

Aucun commentaire: