lundi 6 décembre 2010

10 ans de lutte - Les RSG membres de la CSN se dotent d'une première convention collective



Réunies en assemblée générale extraordinaire à Saint-Hyacinthe et par téléconférence pour les membres de la Gaspésie, de l'Abitibi et des Îles-de-la-Madeleine, les quelque 2000 membres se sont donné la toute première entente collective de ce type après seulement neuf mois de négociations. Les membres présentes ont voté à 99 % en faveur de l'entente et celles de notre région à 100%.
« C'est un moment historique que l'on a pu vivre aujourd'hui, s'exclament Sylvane Dumais, Nathalie Reid et Chantal Racicot, éducatrices en milieu familial et membres du comité de négociation national. L'entente collective pour laquelle on a voté aujourd'hui reflète exactement ce que nous voulions obtenir en joignant la CSN », déclarent-elles.
Au-delà du moment historique - Dans un contexte économique difficile, dans une société où l’individualisme semble primer sur le collectif, où le syndicalisme stagne et où on remet même en question l’importance de se syndiquer, voilà un bel exemple qu’il est encore possible de vouloir améliorer nos conditions de vie et de travail … et de mettre tout en œuvre pour l’atteindre. S’Unir pour une même cause, voilà ce que ces femmes ont fait pour briser leur isolement et se faire respecter à leur juste valeur.
L'entente, d'une durée de trois ans, prévoit de multiples ajustements tant sur le plan salarial que sur le plan des avantages sociaux. Au terme de l'entente collective, le 30 novembre 2013, les RSG membres de la CSN pourront compter sur une subvention gouvernementale de 27,43 $ par jour, par enfant. Ce qui fait passer le tarif quotidien à 34,43 $ lorsqu'on inclut la subvention des parents. La subvention de base passe de 19 $ à 20,45 $, le reste du montant représente les protections sociales ainsi que les journées sans prestation de service.
Mis à part les 8 congés fériés que les RSG ont obtenus dans cette négociation, les parents n'auront pas à payer leur contribution pour les journées sans prestation de service. Le MFA compensera ce montant dans sa subvention. « Ce qu'il est important de souligner, c'est que les RSG membres de la FSSS-CSN ont tenu à respecter les parents tout au long de leur négociation, affirme Francine Lévesque, présidente de la FSSS-CSN. Il aurait été inacceptable pour nous de refiler la facture aux parents quand l'employeur est le ministère », tient-elle à mentionner.
 « Ça me fait chaud au cœur de voir le chemin parcouru par ces femmes courageuses, déclare Claudette Carbonneau, présidente de la CSN. Ça fait plus de 10 ans que la CSN les accompagne dans leur lutte, depuis leur difficile syndicalisation jusqu'à aujourd'hui. Par cette entente, ces femmes viennent prouver qu'on peut réussir à améliorer nos conditions de vie en faisant preuve de solidarité et de ténacité. » conclut-elle.
Mesdames, au nom du CCBSL et en mon nom personnel, je tiens à vous féliciter et bien sûr à vous témoigner toute notre fierté. Vous êtes un exemple et serez sûrement l’inspiration de plusieurs groupes à venir…



Longue vie aux RSG!!!!
Nancy Legendre
Présidente du CCBSL

La FSSS-CSN représente plus de 120 000 membres, dont près de 2000 RSG en Outaouais, en Estrie, dans le Bas-Saint-Laurent, au Saguenay, au Lac-Saint-Jean, dans les Laurentides, dans Lanaudière, en Montérégie, en Gaspésie, aux Îles-de-la-Madeleine, dans Québec-Chaudière-Appalaches ainsi qu'en Abitibi.

1 commentaire:

Unknown a dit...

Bonjour,
Une rectification serait de mise, vous mentionnez que les parents n`auront pas à payer pour les journées d`absence de prestation de service, mise à part des 8 fériés. Je vous rappel que les RSG prennent également des congés à leurs dépend et que ceux-ci peuvent être payables par les parents selon les contrats que les parties ont signés. En lisant l`article, un parent pourrait comprendre qu`il ne payera pas dès qu`il y a une journée d`absence de service, une distinction doit être faite.

Les APSS dont vous faites mention, sont les APSS prévus à l`entente collective qui n`est pas encore signée, le ministère pouvant encore faire des modifications.

Également,le ministère conserve le pouvoir de modifier les lois et les règlements concernant les services de garde et la contribution réduite.

Isabelle Landry, présidente
Stt de garde en MF Lanaudière
FSSS-CSN