mardi 7 juin 2011

Modernisation de la loi anti-briseurs de grève

Comme chacune et chacun d’entre vous êtes déjà au courant, le conflit du Journal de Montréal est terminé ainsi que la campagne de boycottage orchestrée par la CSN.

Par contre, il est important de se rappeler que cette campagne, en appui aux 253 lock-outés de ce quotidien de Quebecor, a permis la conclusion d’une convention collective et la signature d’un protocole de retour au travail mettant ainsi fin à 26 longs mois de conflit.

Vous n’êtes pas sans savoir que la durée de ce lock-out est attribuable directement aux faiblesses de la loi anti-briseurs de grève et le déséquilibre du rapport de force qu’elle a entraîné.

Maintenant, nous vous demandons de nous appuyer pour une campagne visant la modernisation de la loi anti-briseurs de grève. À l’ère du Web et des médias sociaux, il est anachronique que la notion d’établissement renvoie strictement à des notions d’adresse unique et de lieu physique, propriété de l’employeur. Nous proposons également d’en finir avec l’utilisation de faux bénévoles. Il n’est pas acceptable que ces supposés bénévoles viennent déséquilibrer le rapport de force lors des conflits.

Pour nous, moderniser les dispositions anti-briseurs de grève au Code du travail, c’est une simple question de justice pour toutes les travailleuses et tous les travailleurs. À cet effet, nous vous demandons d’intervenir, auprès de la ministre du Travail, Mme Lise Thériault, en lui faisant parvenir une lettre afin de moderniser cette loi vétuste et désuète qui ne tient plus compte des nouvelles réalités du monde du travail.

J’en profite pour remercier chacune et chacun d’entre vous pour les appuis que vous avez fournis à nos camarades lors de ce long conflit, et vous invite à continuer pour qu’enfin nous rétablissions le rapport de force…

Syndicalement,
Nancy Legendre, présidente du CCBSL

Aucun commentaire: