lundi 20 février 2012

Couche-Tard - Appui de comité de la condition féminine du Bas-St-Laurent

Le geste posé par le Comité de la condition féminine du Bas-St-Laurent en était un de solidarité. Cet appui a pour but d’informer la population de Rimouski des enjeux négociés actuellement dans les Couche-tard de Saint-Hubert et Saint-Liboire. Le Comité fait aussi certains liens avec les luttes que les femmes ont dû mener par le passé et celles à venir.

« À l’approche de la journée internationale des femmes, nous voulons exprimer notre solidarité envers ces travailleuses et ces travailleurs des Couche-tard qui sont présentement en négociation.» de dire Marie France Ross, vice-présidente régionale du Conseil central du Bas-St-Laurent.

Les principales revendications demandées dans le cadre des négociations chez Couche-tard sont :
  • Quatre journées de maladie ;
  • Un bouton de panique en cas de vol à main armée ;
  • Un suivi psychologique pour les victimes d’agression armée ;
  • Des règles objectives pour l’octroi de postes et les choix d’horaire et de vacances ;
  • Le respect des normes du travail et des lois sur la santé et la sécurité ;
  • Une échelle salariale menant vers un taux horaire d’environ 12, 50 $ l’heure après quatre ans de travail pour les préposé-es.

Est-ce trop demandé d’avoir un minimum de respect de la part de l’employeur puisque nous sommes les artisans de son succès? Voici peut-être la question à se poser!

Aucun commentaire: