mardi 19 février 2013

Le 22 février, grève au CPE de Matane


L’exaspération des syndiquées est à son comble. En effet, aucune rencontre de négociation en vue du renouvellement de la convention collective, n’a eu lieu depuis le début décembre 2012, et l’employeur semble vouloir laisser traîner les choses.


Les travailleuses en ont contre la lenteur des négociations et contre l’attitude de la directrice qui depuis quelque temps, distribue les avis disciplinaires comme des bonbons, rien pour améliorer le climat…

«Considérant que si la convention collective n’est pas signée au 31 mars 2013, le CPE de Matane, comme les autres d’ailleurs, risque de perdre d’importantes sommes d’argent pour les crédits spécifiques des conditions supérieures, je ne comprends tout simplement pas l’attitude du conseil d’administration; » de dire le vice-président régional de la FSSS au Bas-St-Laurent, Daniel Charette.

C’est donc dans cet esprit, que les travailleuses des deux établissements du CPE de Matane tiendront une demi-journée de grève le vendredi 22 février prochain, en avant-midi. Les syndiquées reprendront le travail à compter de midi, mais elles ne serviront pas le repas du midi. Par conséquent, les enfants devront avoir dîné. 

Les syndiquées tiennent ainsi à démontrer à leur employeur qu’il n’est pas question qu’elles renoncent à des acquis de plus de vingt ans.

Les points en litige sont : le nombre d’heures cumulable dans la banque de temps supplémentaire pour les occasionnels, la durée du travail pour le personnel administratif, le paiement des formations et le maintien de 4 congés. De plus, la direction refuse de convertir en postes à temps complet et à temps partiel, une centaine d’heures actuellement travaillées hebdomadairement.

Rappelons que le CPE a enregistré pour la dernière année, un surplus de plus de 150 000 $ et que le ministère a apporté des améliorations à ses règles de financement, notamment en assumant 100 % de la part de l’employeur au niveau de l’assurance collective.

Le syndicat est sincèrement désolé du contretemps que cela peut occasionner aux parents, mais assure qu’il n’a pas d’autre choix. Ainsi, si nous devions recourir à d’autres débrayages, les parents en seront avisés au préalable.

Le syndicat est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) qui compte un peu plus de 125 000 membres dans les secteurs privé et public. La FSSS représente la majorité des travailleuses et des travailleurs en CPE.

Aucun commentaire: