mardi 25 février 2014

Indignés par le mépris de leur employeur, les travailleuses et les travailleurs du Centre d'action bénévole des Seigneurie votent la grève

C’est le 22 février dernier, dans le cadre de l’assemblée générale du Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre d’action bénévole des Seigneuries (CSN) que les membres ont exprimé leur indignation face à l’attitude méprisante de l’employeur à leur égard. C’est donc à 90% que les personnes syndiquées ont voté la grève à scrutin secret, le tout à être déclenché par l’exécutif, au moment jugé opportun.

Rappelons que la négociation piétine depuis un bon bout de temps. De plus, la partie patronale fait face à une plainte de négociation de mauvaise foi que la Commission des relations du travail doit entendre au début avril.

Lors de la dernière rencontre devant le conciliateur, l’employeur a poussé l’odieux jusqu’à reculer sur des points sur lesquels les parties s’étaient déjà entendues. Non seulement les membres ont du faire le travail de l’employeur, en remaniant les routes de travail afin que le Centre d’action bénévole (CAB) puisse faire des économies, mais voilà que le procureur patronal demande le retrait de la plainte de négociation de mauvaise foi, lançant au visage du comité de négociation syndical : « ça va faire moins d’argent pour vous autres », indiquant que le CAB va être obligé de payer l’avocat.

• Après que le consultant de l’employeur, monsieur Gaston April, en soit venu, comme MCE Conseil d’ailleurs, à la conclusion que la situation financière du CAB était due au laxisme et à la mauvaise gestion de la direction.
• Après le départ de la directrice, madame Decourval.
• Après le constat du mépris clairement démontré par la direction envers ses travailleuses et ses travailleurs.
• Après l’incertitude grandissante auprès des personnes salariées et de la clientèle que nourrit l’employeur par son attitude de confrontation.

«Ne serait-il pas temps que l’Agence de la santé intervienne et envisage la mise en tutelle du CAB », de se questionner Daniel Charette, vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN).

« La grève n’est pas l’objectif, mais s’il faut en arriver là pour obtenir le respect, nos membres sont déterminés à aller jusqu’au bout » d’ajouter la présidente du syndicat, madame Brigitte Michaud.

À propos de la CSN et de la FSSS 

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre d’action bénévole des Seigneuries (CSN) est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), laquelle représente près de 130 000 membres au Québec. Il est aussi affilié au Conseil central du Bas-Saint-Laurent qui compte quelque 10 000 membres dans la région. Pour sa part, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs provenant de tous les secteurs d’activité.

Aucun commentaire: