jeudi 18 décembre 2014

La CSN régionale dénonce les offres méprisantes du gouvernement Couillard

Le CCBSL et la FSSS régionale accueillent eux aussi avec grande indignation et colère les offres faites aux personnes salariées du secteur public déposées, lundi dernier, par le ministre des Finances, M. Coiteux. Ces offres qui prévoient un gel salarial de deux ans et 1 % d'augmentation par année pour les trois années suivantes sont tout simplement méprisantes.

Afin de justifier la baffe donnée à ces travailleuses et ces travailleurs, M. Coiteux en remet en disant que « si on avait moins pris le gouvernement pour un père Noël, on ne serait pas dans cette situation ». Depuis le plan de retour à l'équilibre budgétaire de 2009, l'évolution des salaires des employés de l’état a été inférieure à celle des autres salariés du Québec. Ceci a non seulement contribué à accroître leur retard salarial, mais aussi à leur faire perdre en moyenne, près de 10 500 $ par personne depuis 2009. « À la veille de la période des Fêtes, c’est une insulte et ces offres témoignent d’un mépris profond à l’égard de ses employés. Il faut se rappeler que c’était le même gouvernement qui était en place en 2009. Le même également qui a été cité plus d’une fois à la commission Charbonneau lorsqu’il prenait plaisir à jouer au père Noël pour ses amis, avec l’argent des contribuables. De plus, c’est en grande partie à eux qu’on doit l’état actuel des finances publiques », de souligner Nancy Legendre, présidente du CCBSL.

Régimes de retraite 
Comme si l’insulte n’était pas suffisante, M. Coiteux considère que des changements fondamentaux doivent être apportés aux régimes de retraite des employés de l’état. Le gouvernement voudrait retarder l'âge de la retraite en fonction de l'évolution de l'espérance de vie. Il voudrait également réduire le salaire moyen pour le calcul des rentes et retirer leur indexation. Il est clair que ces dispositions risquent d’entrainer des départs massifs à la retraite pour les personnes salariées plus âgées, avant que l’on impose les nouvelles règles. La qualité des services et le transfert des connaissances en souffriront. Selon M. Daniel Charette, vice-président régional de la FSSS, « ces mesures sont incompréhensibles et injustifiables, considérant que le RREGOP est en santé et n’est pas déficitaire. Dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre, aucune personne n'est payée à ne rien faire! Nous répondons plutôt que l'on doit offrir des conditions de travail décentes, pour attirer et retenir une main-d'œuvre de qualité dans les services publics. C'est d'autant plus préoccupant alors que le gouvernement prévoit le départ à la retraite de 15 000 employés du secteur public annuellement, au cours des prochaines années ».

La CSN représente près de 7000 membres du secteur public dans notre région. Il est clair que nous ne les laisserons pas économiser sur le dos des travailleuses et des travailleurs au profit d’une idéologie néolibérale. Il semble bien que le bruit des casseroles de 2012 ne lui rappelle plus rien, mais nous n'hésiterons pas à prendre les moyens qu'il faut pour lui rappeler.

En terminant, les leaders syndicaux unissent leur voix afin de rappeler à M. Coiteux qu’il ferait bien de regarder du côté des paradis fiscaux ainsi que de celui du profit des banques et des entreprises, avant de poursuivre son projet de destruction massive.

Le Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CSN) regroupe 110 syndicats représentant 10 200 membres. Quant à la FSSS, elle compte plus de 5 300 travailleuses et travailleurs dans la région du Bas-Saint-Laurent, provenant de tous les secteurs d’activité, tant du secteur public que du secteur privé.

Aucun commentaire: