vendredi 2 décembre 2016

La CSN déplore la dégradation de l’état de santé des préposé-es aux bénéficiaires

Matane, le 29 novembre 2016 – La CSN dénonce la dégradation des conditions de travail des préposé-es aux bénéficiaires et du personnel des établissements de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent, un an après la réforme Barrette et des années de compressions budgétaires.

Des préposé-es qui souffrent de surcharge de travail

Un an après l’application du projet de loi 10 du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, l’état de santé des préposé-es aux bénéficiaires du Bas-Saint-Laurent se dégrade. Non seulement les compressions budgétaires se sont poursuivies en entraînant des abolitions de postes et une augmentation de la charge de travail, mais le projet de loi 10 a de plus complexifié le quotidien du personnel du réseau.

« Les témoignages des préposé-es rendent compte d’un constat alarmant. Ils sont de plus en plus nombreux à tomber au combat et à connaître des problèmes de surcharge de travail. Si on veut offrir des soins de qualité aux aîné-es de la région, il faut rapidement renverser la vapeur et investir dans les soins de longue durée », explique Denis Ouellet, président du syndicat CSN du CSSS Matane.

Un nouvel exemple des ratés de la réforme Barrette

« La réforme Barrette, qui joint des compressions budgétaires à la création de mégastructures, dégrade l’état de santé des préposé-es aux bénéficiaires, comme de l’ensemble du personnel des établissements du Bas-Saint-Laurent. Un an après l’entrée en vigueur de la réforme Barrette, rien ne va plus dans le réseau. La santé-sécurité au travail passe dans le tordeur et des milliers de travailleurs et travailleuses y laissent leur santé. La détresse des préposé-es est un indicateur fort des ratés de la réforme du ministre Barrette. Il est impensable de s’imaginer que cela n’a aucun impact sur la sécurité et la qualité des services offerts aux personnes aînées. Le gouvernement doit y mettre un terme avant qu’il ne soit trop tard », lance Daniel Charette, vice-président régional de la FSSS-CSN.

« C’est bien beau les meilleures pratiques dont nous parle le ministre Barrette, mais tout cela ne pourra pas se faire à coût nul. Le réinvestissement annoncé est tout à fait insuffisant pour permettre de rattraper le retard du Québec dans le financement des soins de longue durée. Il y a encore plus de 3 550 personnes en lourde perte d’autonomie qui attendent une place en CHSLD, dont plusieurs dans la région. Il faudra faire plus si on veut à la fois améliorer les conditions de travail des préposé-es et améliorer les soins aux aîné-es », de conclure Nancy Legendre, présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent – CSN.

À propos de la CSN

La CSN représente près de 325 000 travailleuses et travailleurs regroupés dans quelque 2 000 syndicats présents dans tous les secteurs d'activité. La CSN est la plus grande organisation dans le secteur de la santé et des services sociaux.

Aucun commentaire: