mercredi 11 octobre 2017

Journée mondiale pour le travail décent

Réunis hier en assemblée générale à Rivière-du-Loup, les délégués des syndicats affiliés au Conseil central du Bas-Saint-Laurent – CSN (CCBSL) ont tenu à réaffirmer le droit pour tous les travailleuses et les travailleurs à un travail décent.

C’est à l’unanimité que les représentants syndicaux présents ont réitéré leur appui à la revendication de l’Organisation internationale du travail (OIT), considérant que même en 2017, il reste encore du travail à faire avant de pouvoir dire que l’objectif est atteint pour l’ensemble des travailleuses et des travailleurs de la région et dans le reste du monde.

« Les objectifs visés par cette revendication guident notre action syndicale au quotidien. Ils doivent s’appliquer à tous les milieux de travail. C’est d’ailleurs dans ce sens que nous joignons nos voix aux autres groupes qui supportent les revendications de la campagne 5-10-15. C’est-à-dire un horaire connu 5 jours à l’avance, 10 jours de congés payés et un taux horaire de15 $ minimum», a déclaré la présidente du CCBSL, Nancy Legendre.

Adoptée en 1999 par l’OIT la revendication d’un travail décent signifie que « chaque homme et chaque femme dans le monde devrait avoir la possibilité d’obtenir un emploi productif dans des conditions de liberté, d’équité, de sécurité et de dignité ». Elle repose sur quatre piliers : la promotion de l’emploi, les droits du travail, la protection sociale et le dialogue social.

Affilié à la CSN, le Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CSN) regroupe plus de 10 000 membres des secteurs public et privé, répartis au sein de 100 syndicats.


Aucun commentaire: