mercredi 8 novembre 2017

Négociations dans le secteur sylvicole - Santé-sécurité et reconnaissance au menu


(Rimouski, le 6 novembre 2017) Environ 350 travailleuses et travailleurs de la sylviculture au Québec entameront prochainement une quatrième ronde de négociations coordonnées. Au nombre de leurs priorités, notons un partage plus juste de la richesse générée par leur travail indispensable et des mesures pour assurer l’application pleine et entière des droits des travailleurs en santé et sécurité au travail. Les conventions collectives viendront à échéance le 31 décembre prochain. Les sylviculteurs recherchent une entente de trois ans.

Ce sont ces personnes salariées qui voient à entretenir et à régénérer les forêts du Québec afin d’assurer la pérennité de la ressource. Leur travail est essentiel tant sur le plan de la protection de l’environnement que pour assurer à l’industrie forestière un approvisionnement à long terme. Les contrats de reboisement et d’entretien sont financés à plus de 80 % par le gouvernement du Québec. Les entreprises sont en bonne santé financière. En plus des subventions, elles tirent des revenus d’autres activités forestières qui reposent sur la régénération de la ressource dont les sylviculteurs sont les garants.

Le cœur dans la forêt « C’est par passion que nous faisons ce travail. C’est extrêmement exigeant physiquement et nous considérons qu’il mérite une juste reconnaissance, explique le président du Syndicat national de la sylviculture (SNS–CSN), René Martel. Nous réclamons une augmentation de la masse salariale de 4 % par année, à être investie en salaires ou pour toute autre compensation que les parties négocieront localement. » Rappelons que les travailleuses et travailleurs sylvicoles n’ont pas un salaire horaire, mais une rémunération à forfait. Ils doivent assumer eux-mêmes les frais liés à leur travail, non seulement le coût de transport, mais également l’acquisition de leurs outils de travail : une débroussailleuse représente un investissement allant jusqu’à 1 500 dollars.

En outre, le SNS-CSN entend bien voir à l’application des lois et règlements relatifs à la santé-sécurité. Par exemple, actuellement, à cause du mode de rémunération, un travailleur qui exerce son droit de refus à cause d’un danger imminent ne sera pas payé. « On ne peut pas accepter que des dispositions importantes de protection et de prévention pensées pour toutes les travailleuses et les travailleurs ne soient pas appliquées en forêt parce qu’on a peur d’être pénalisé financièrement. Cela doit changer », poursuit le trésorier de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), Michel Tétreault.

« La CSN se déploiera à tous les niveaux afin de soutenir les travailleuses et les travailleurs de la sylviculture dans l’atteinte de leurs objectifs, assure la présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent, Nancy Legendre. Ils sont loin d’être seuls, nous serons toutes et tous à leurs côtés ! C’est un secteur économique important pour les régions du Québec, notamment au Bas-Saint-Laurent, et la meilleure façon d’en assurer les retombées maximales, c’est de s’assurer que les sylviculteurs reçoivent leur juste part pour le travail accompli ».

Négociations

Le SNS-CSN procédera au dépôt de son projet de négociation auprès des huit entreprises pour lesquelles il est accrédité au cours des prochaines semaines. Il représente les travailleuses et travailleurs sylvicoles en Gaspésie, sur la Côte-Nord, au Bas-Saint-Laurent, au Saguenay-Lac-Saint-Jean ainsi qu’en Mauricie.

À propos

Le Syndicat national de la sylviculture (SNS-CSN) est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), qui regroupe plus de 25 000 travailleuses et travailleurs du secteur manufacturier et forestier. Il est également affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), comptant quelque 300 000 salarié-es de tous les secteurs d’activités, partout au Québec.

Aucun commentaire: