jeudi 31 janvier 2019

Le trou noir de l'assurance-emploi - Ottawa doit cesser d'aggraver la pénurie de main-d'oeuvre

(Montréal, 30 janv. 2019) - Les règles de l'assurance-emploi accélèrent la dévitalisation de petites localités en région, ce qui rend très difficile l'embauche de personnel pour plusieurs PME issues de secteurs saisonniers comme le tourisme, la pêche ou la foresterie.

La baisse générale du taux de chômage d'une région provoque en effet la baisse automatique du nombre de semaines de prestation d'assurance-emploi et fait augmenter le nombre d'heures travaillées pour se qualifier. Ce dispositif fait en sorte que de plus en plus de travailleuses et de travailleurs saisonniers voient augmenter leur nombre de semaines sans aucun revenu. En ce moment, ce « trou noir » sans revenu oscille entre 5 et 18 semaines et plonge de plus en plus de familles dans la pauvreté.

« C'est invivable pour des milliers de travailleuses, de travailleurs et leurs familles. Plusieurs décident de déménager en zone urbaine. Cet exode complique ensuite sérieusement l'embauche pour les emplois saisonniers dans leur localité d'origine », explique Guillaume Tremblay, président du Conseil central Côte-Nord–CSN.

« Il serait pourtant facile d'éviter cet effet pervers du resserrement des critères de l'assurance-emploi puisque la baisse générale du taux de chômage au pays fait en sorte qu'on ne manque pas d'argent dans la caisse », affirme Anatole Chiasson, président du Conseil central de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine–CSN (CCGIM–CSN).

« L'assurance-emploi ne devrait pas contribuer à dévitaliser des villages. Pourtant, c'est l'effet de la mécanique actuelle qui ne tient pas compte des réalités parfois très différentes à l'intérieur d'une même région », indique Nancy Legendre, présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CCBSL–CSN).

Manque d'écoute du gouvernement Trudeau
Le bureau du premier ministre Trudeau a refusé de nous recevoir. Comme le ministre Jean-Yves Duclos n'a pas proposé de solution au trou noir jusqu'à maintenant, nous avons donc décidé d'occuper le bureau de Justin Trudeau aujourd'hui pour lancer un message clair.

« La CSN s'attend à ce que tous les partis fédéraux se prononcent sur la nécessaire réforme de l'assurance-emploi. Ce sera une de nos priorités en cette année électorale », a lancé Jean Lacharité, vice-président de la CSN.

« Ottawa doit enfin entendre notre cause et démontrer son intérêt pour faire diminuer la pauvreté dans toutes les régions du Québec et du Canada », martèle Patrice Benoît, trésorier du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN), qui demande dès cette année une refonte en profondeur de la mécanique de l'assurance-emploi pour assurer une couverture adaptée à toutes les communautés du pays. Le gouvernement Trudeau a déposé un projet de loi pour combattre la pauvreté en novembre dernier, il doit maintenant démontrer qu'il entend passer du discours à l'action dans un dossier concret comme celui de l'assurance-emploi.

Rappelons que le trou noir est apparu depuis le redécoupage des régions de référence de l'assurance-emploi en l'an 2000. Le phénomène est maintenant aggravé par la baisse des taux de chômage dans ces très grandes régions de référence, ce qui cache cependant des réalités fort différentes dans certaines parties de régions. « Le découpage actuel des régions ne permet pas de bien refléter les différentes réalités de l'emploi. Les gens quittent la région et nous avons un record de dévitalisation », conclut Line Sirois, coordonnatrice d'Action-Chômage Côte-Nord.

À propos 
Fondée en 1921, la CSN est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs, principalement sur le territoire du Québec.

Aucun commentaire: