lundi 21 janvier 2019

Négociation chez Béton Provincial de Matane : La négociation doit reprendre dans le respect

(Matane, le 18 janvier 2019) Les travailleurs de Béton Provincial de Matane sont dorénavant membres d’un syndicat régional après avoir obtenu une nouvelle accréditation syndicale. Ils sont déterminés à reprendre la négociation malgré le comportement de l’entreprise à leur endroit l’automne dernier.

Une fin d’emploi précipitée
Rappelons que le 18 octobre dernier l’employeur déclenchait un lock-out, quelques jours avant la fin de la saison afin de forcer les syndiqués à accepter une offre jugée inférieure à celle qui avait été rejetée au mois d’août lors d'un vote tenu par le Tribunal administratif du travail.

Les droits et la loi méprisés
Non content de priver ses employés de leurs prestations d’assurance-emploi à l’approche des fêtes, Béton Provincial a même poursuivi sa production avec des briseurs de grève, une pratique interdite par le Code du travail, et a multiplié ses mises en demeure afin d’éloigner les manifestations des travailleurs de l’usine pour les empêcher de voir comment il maintenait sa production.

Malgré l’acharnement patronal, un règlement est à portée de main
Le nouveau président du syndicat, Tommy Thibault, résume l’état des lieux : « Nous sommes encouragés par les victoires juridiques que nous avons eues au cours des derniers mois; les travailleurs souhaitent maintenant que l’employeur soit disposé à négocier de bonne foi en tenant compte des mandats syndicaux. Nous croyons sincèrement qu’un règlement est à portée de main et nous allons retourner à la table rapidement pour y parvenir. »

La FIM en étroite collaboration avec les représentants syndicaux locaux invite l’employeur à s’asseoir à la table de négociation et de négocier de bonne foi et dans le respect dans le but d’en venir à une entente satisfaisante pour les parties. « Nous invitons l’employeur à voir le syndicat comme un partenaire et non comme un adversaire » d’ajouter Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière-CSN.

La solidarité largement exprimée
Devant une telle aberration, la solidarité syndicale de partout dans la province, a permis aux lock-outés de subvenir aux besoins de leurs familles jusqu’à la fin du lock-out le 7 décembre. « Ce conflit a été publicisé à travers toute la CSN et tout le monde va suivre la suite de la négociation jusqu’à sa conclusion. Si le nouveau syndicat a besoin d’appui pour se faire respecter, il en aura assurément de toutes les composantes de la CSN » a assuré Nancy Legendre, présidente du CCBSL.


Des appuis souhaitables
Mme Legendre a aussi lancé cet appel : « Il serait aussi souhaitable que les appuis viennent du milieu, par des représentants politiques et des affaires, pour que le message passe auprès des représentants de Béton Provincial. La négociation doit se faire dans le respect des employés et de leur syndicat puisque lorsqu’on prive 60 travailleurs de leur revenu, il y a un impact économique pour toute la communauté ».

La force du nombre
« Il est bien entendu que le Syndicat des travailleuses et travailleurs du béton du Bas-Saint-Laurent-CSN espère attirer de nouveaux membres et ainsi améliorer les conditions de travail des ouvriers du secteur avec un meilleur rapport de force en négociation », a tenu d’exprimer Yves Lévesque, conseiller syndical au service d’appui aux mobilisations et à la vie régionale de la CSN.

À propos
Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du béton du Bas-Saint-Laurent-CSN est affilié au Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CSN) qui regroupe plus de 8 500 membres des secteurs public et privé, répartis au sein de 96 syndicats. Il est aussi affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) qui rassemble plus de 25 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de quelque 320 syndicats et provenant de toutes les régions du Québec.


Liste des recours devant le Tribunal administratif du travail (TAT) 
occasionnés par Béton Provincial

Août 2018 : Demande d’ordonnance de vote par Béton au TAT;

Octobre : Béton conteste le dépôt d’une requête en accréditation par le Syndicat des travailleuses et travailleurs du béton du Bas-Saint-Laurent-CSN et dépose une plainte de négociation de mauvaise foi contre le syndicat;

14 novembre : Béton est reconnu coupable d’entrave envers le syndicat;

16 novembre : Béton est reconnu coupable d’avoir utilisé des « scabs » pendant le lock-out;

5 décembre : Un rapport d’enquête du ministère du Travail conclut à une nouvelle utilisation de scabs par Béton;

7 décembre : Le TAT accrédite le Syndicat des travailleuses et travailleurs du béton du Bas-Saint-Laurent-CSN et rejette la plainte de négociation de mauvaise foi déposée par Béton.

D’autres recours devant les tribunaux :
Plus d’une vingtaine de plaintes de mesures de représailles contre Béton et au moins une autre plainte d’entrave et d’ingérence contre Béton.

Les appuis :
En moins de deux mois, plus d’une trentaine de dons de syndicats CSN, mais aussi de diverses Centrales syndicales, dont un chèque de 10 000.00$ du syndicat de Kronos-CSN.

Le plus important est le vote de confiance sans équivoque de la part des membres qui ont réélu l’ensemble des officiers de l’ancien syndicat, à la direction du nouveau syndicat CSN.

Aucun commentaire: